Mon petit bonheur

C’est au milieu de l’été, un temps impossible à préciser : tous les jours coulent les uns après les autres, et le temps n’a pas d’importance. Les premiers rayons du soleil teignent le ciel et les oiseaux signalent l’arrivée du matin.  Au début, leur gazouillis ne sont que des bâillements.  Mais progressivement, ils se lèvent et le bruit devient de plus en plus effréné.  “Coucou, lève-toi ! Coucou, lève-toi !”

Bien entendu.  On se lève avec l’excitation de saluer un nouveau jour qui coule dans nos veines.  C’est un dynamisme du corps, presque comme s’il s’était levé avec une chatouille.  On s’habille vite et sans bruit avec les vêtements qui sont les plus proches du lit, et on prend la première gorgée d’eau, la dernière qui reste dans le verre de cette nuit.  Regardant par la fenêtre, on voit que le ciel a une nuance bleue-violette parfaite ; le violet va rougir doucement, et on va pouvoir observer le changement.  On profite de cette lumière, cette teinture qui n’appartient qu’aux matins estivaux, comme si on mettait des lunettes roses.

C’est parti.  Bouger le corps, ça fait du bien.  On sort en douce, et on entre dans le jardin.  Il ne faut pas aller plus loin que notre propre jardin ; voir le visage d’un autre casserait cette ambiance parfaite.  On s’étire comme un chat au soleil, et ensuite, au boulot.  Les framboisiers attendent.  En s’approchant, les framboises à peine mûres semblent luire.  C’est trop difficile de résister à la tentation, et la première framboise cueillie va directement à la bouche ; la baie éclate, les graines croquent, et on déguste le jus sucré, acide, parfumé.

Dans cette instant d’une calme immobilité, on hésite même à respirer trop fort.  Le temps est immatériel, et tout est possible.  Les traces de nos rêves de cette nuit n’ont pas encore disparu, et la réalité est encore floue.  On se sent capable de tout faire…mais il n’y en a pas besoin.  Cette sacrée bouchée prise au moment parfait est une hostie à savourer.  On va décider le programme d’aujourd’hui après une tournée de gaufres aux framboises.  Après avoir avalé la bouchée, on retourne au boulot.  La journée a commencé.

3 comments

  1. p.rolland@yahoo.fr

    Salut Larissa,

    Merci de m’avoir fait partager ce post, premièrement je te félicite pour la qualité de ton français. C’est remarquable! Deuxième chose: merci pour ce partage d’émotion, je suis tellement d’accord avec toi… Le matin, le réveil sont des moments tout à fait particulier dont il faut savourer chaque minute! Troisièmement, je découvre ton blog… Et tes talents cachés de chroniqueuse… J’ai lu deux trois articles et ils m’ont fait écho…
    J’espère te voir bientôt, je rentre mi-juin et ensuite à mon tout de m’envoler pour les states…

    Bises à vous 2.

    P.

    • Lari

      Merci à toi, c’est vraiment gentil- ça me rend heureuse que tu as trouvé quelque chose qui a parlé à toi. Alors j’imagine qu’on va se croiser en juin et on peut discuter de ton prochain voyage! Bisous-

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s